Elle (et ses questionnements existentiels qui lui collent au train) était arrivée au parc floral suffisamment tôt pour éviter la foule qui éveille encore plus les questions existentielles...

du moins en elle, pas en chacun, heureusement!

et c'est vrai que les geais des chênes, le beau ginkgo or des pieds à la tête, les oies , l'avaient apaisée.

Et puis elle a voulu absolument entrer à Marjolaine ( un samedi après midi! 1er jour , une fort mauvaise idée! ) ; quand elle s'est vue se trainant comme une limace dans le bruit, les sacs, les caddies, et les allées humant bon le cochon bio, le chocolat bio, les frites bio etc etc stop! elle a pris ses cliques ses claques sa galette de légumes (bio) son pâté végétal dans le fond du tote bag ( bio? euh non chinois c'est écrit en petit au fond), traversé tout ça assez vivement, il faut bien le dire, et éjecté  fissa

1ère allée en face, sans un chat apparemment, vite! fuir!

Un banc, un arbre, s'asseoir. Et un chat. Svelte, blanc et noir, quelques poils blancs dans le noir et une moustache noire sous le nez. Le chat sérieux quoi.  Suivi d'un autre chat plus gros. Le svelte, appelons le " chat du R....n "( euh non c'est déjà pris je vais avoir des problèmes), "le chat svelte" donc, vient vers elle, tourne un peu, s'approche de plus en plus près et ho! petit bond sur le banc, petit coup d'oeil, et re-bond....sur elle qui n'en croit pas ses yeux, 

il se niche, se love dans le creux du manteau, cherche la main gauche ( la droite est occupée à écrire sur le petit carnet les impressions du jour et le chat respecte le cahier, il y donne d'ailleurs de petits coups de langue rapeuse)  , cale son museau dans la main gauche, grignote les grains du bracelet, et puis ferme les yeux et ne bouge plus du tout. Elle non plus, toute au cadeau que lui fait le chat, de sa présence; du coup, elle sent qu'elle est complètement là dans ce moment-chat, elle sent passer les gens mais ne bouge plus, ne regarde plus rien que cette boule chaude.

Le charme a été rompu, non par les 12 coups de minuit, mais par l'arrivée inopinée d'une gamelle ( non bio) ; au bruit tentateur qu'elle émettait, "le chat svelte" l'a laissée , elle, sans sourciller, sans culpabilité, sans pensée parasite. Un vrai chat, prends en de la graine!

Je vous souhaite un doux week end ( héhé! 2 billets en un week end ça se fête)

20191102_133322[1]

20191102_134034[1]

20191102_145437[1]