14 mai 2016

Phrase qui fait du bien

                                      l'expérience ne peut être communiquée sans un rapport de silence, d'occultation, de recul (G. Bataille)
Posté par kapal à 15:16 - Commentaires [16] - Permalien [#]

13 mai 2016

Traces du temps

du temps qui passe, du temps qu'il fait, du temps qui marque traces
Posté par kapal à 11:38 - Commentaires [11] - Permalien [#]
10 mai 2016

Libre cours

  Deux pièces modelées, faïence rouge de base, émaillée, elles étaient destinées à une expo collective en baie mais je m'y suis prise un peu tard....à suivre  
Posté par kapal à 11:51 - Commentaires [13] - Permalien [#]
07 mai 2016

la vie!

Cheminer, lever les yeux très haut, sentir, renifler les parfums de fleurs et de terre, voir dans l'arbre une théière au long bec, suivre le héron qui s'envole de l'étang, arriver à la mer,  le vent... déposer le vélo, ouvrir encore plus son coeur et ses poumons, de gratitude pour cette terre toucher les galets doux, se vivre plus ample, plus vaste s'entendre murmurer " j'aime vivre ici"  
Posté par kapal à 22:45 - Commentaires [15] - Permalien [#]
07 mai 2016

Nature et esprit

Se décider à prendre ce chemin à travers le bois et non la confortable piste, tant pis! on tiendra le vélo à la main et on marchera Sursauter et faire sursauter une biche, regarder à droite, discerner au bout, un groupe d'animaux, braquer les jumelles; des sangliers! dont des petits, le gros devant le groupe regarde lui (elle?) aussi dans ma direction décider fissa de rebrousser chemin et passer sagement au large avant qu'une idée de cross germe dans l'esprit de ce père (mère?) de famille on me dira ensuite qu'il n'y a rien à... [Lire la suite]
Posté par kapal à 17:48 - Commentaires [3] - Permalien [#]
07 mai 2016

Lecture

"Etre ici est une splendeur, vie de Paula Becker" , la peintre Car j'ai laissé sur le rebord de la fenêtre, face à la lumière de la baie, la biographie de Modigliani. Sa disparition ainsi que celle de sa compagne, Jeanne Hébuterne ont clos ce livre; je regarderai différemment ses toiles, à la lumière de sa souffrance. Entrer dans la vie de Paula Becker est un ravissement et un trouble car lié à une superbe écriture, celle de M.Darieussecq. De nombreux extraits du journal de Paula, on s'écrivait beaucoup dans sa famille, des lettres... [Lire la suite]
Posté par kapal à 16:56 - Commentaires [3] - Permalien [#]

26 avril 2016

Rencontrer

Aller droit devant, pattes nues à la rencontre des phoques, confondre touffes d'algues et végétaux avec phoques et rire de ses perceptions émoustillées par l'imaginaire, Dans un creux chaud de dunes, ouvrir le livre ornitho et vérifier que oui! c'était bien une fauvette à tête noire mâle s'il vous plait! tout à l'heure dans le buisson, Réfléchir à l'influence du milieu sur le processus de création et au lâcher prise dont il faut se munir pour travailler une pièce d'argile sculptée commencée hier soir, en conclure sobrement qu'on... [Lire la suite]
Posté par kapal à 16:25 - Commentaires [15] - Permalien [#]
19 avril 2016

Chaud et froid

Averses. Soleil lissant sa lumière sur les aiguilles de pin. Le nichoir se balance doucement. Le cheval revient de sa promenade, fatigué. Ils descendent de la carriole, heureux, les joues rosies par le vent. Les ombres s'étirent vers l'étang. Les tadornes s'élancent dans le ciel,la cigogne plane. Le vert, le bleu, le blanc sont en harmonie. J'apprends; l'avocette et sa parade raffinée, le chevalier gambette bec et pattes orangées, le glèbe castagneux tout minuscule qui plonge et remonte tel un bouchon, la spatule et son bec plein de... [Lire la suite]
Posté par kapal à 15:19 - Commentaires [15] - Permalien [#]
15 avril 2016

Prendre le large

Je suis sortie. Le silence m'a saisie. Le silence? vraiment? ou quelque chose de la profondeur de la nature que je nomme silence, fait de pépiements d'hirondelles et de passages d'ailes, de frôlements de branches sous le vent, de gouttes d'eau glissant sur la terre grasse, qui me font ralentir, prêter l'oreille, lever les yeux, m'assoir sur l'herbe, écrire en pensant à vous. Quelque chose de profond m'amène à faire silence, en fait, dans cet endroit.       bonne fin de semaine   
Posté par kapal à 16:09 - Commentaires [14] - Permalien [#]
10 avril 2016

"Place Royale"

de Corneille, hier soir au théatre, joué par la troupe du "théatre de l'aquarium", ce qui peut nous sembler les excés d'une époque, mais n'avons nous pas les notres? jubiler du langage et des mots,de la diction, du rythme et oublier les "restes" panameéesques de l'actualité....vite! tout cela à la poubelle!! revenir tard dans la nuit et replonger dans le Cid, pour le plaisir de laisser tinter les mots;" ô rage ô désespoir! ô vieillesse ennemie! n'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie?"...... et ne pas oublier de prononcer le... [Lire la suite]
Posté par kapal à 11:48 - Commentaires [9] - Permalien [#]