" le poète doit s'inspirer de la phalène.Il endossera les habits du citadin, se confondra au peuple des rues mais n'abandonnera jamais ses ailes qui lui permettent de s'échapper de la ville, d'y vivre sans y être.

Je connais des promeneurs perpétuels, des phalènes humaines, qui habitent au coeur de Paris, l'âme ailleurs.

Ils se maintiennent intra-muros en état de poésie, comme s'ils n'avaient jamais quitté la route."

extrait de " Notre Dame de Paris" Sylvain Tesson, un petit livre précieux, dont les bénéfices sont reversés à la Fondation du Patrimoine

 

épidaure le cadre autour

 

( le paysage autour d'Epidaure....spécialement pour Célestine)