j'y suis bien

21 septembre 2018

 

La mer, le vent, éléments mythiques de la création.

Force, volonté, leur non-avilissement à l'humain, ils font ce qu'ils veulent.

Ils créent l' Eveil, le réveil, l'alerte intérieure.

5h30, le vent se lève brutalement.

Il m'éveille, me sort du lit. D'abord, il lève la peur; ai-je bien fermer les fenêtres? et s'il amène la pluie, le parquet sera mouillé?

alors on se lève, on va voir, la peur était dans la tête....comme d'habitude

ensuite le vent me traverse de son énergie ; puisque je suis levée, je vais l'écouter, j'ouvre la fenêtre de la cuisine, celle qui donne sur les arbres, et j'écoute dans le noir c'est mieux. 

Je fais chauffer l'eau du thé, j'allume une bougie pour ne pas déranger le souffle qui me parle aussi de la mer, elle doit sûrement se soulever sous les rafales, la mousse doit rouler sur le sable, les mouettes s'enrouler sous leurs plumes.

Le vent a aussi besoin des feuillages dans lesquels faire de la musique. Il lève les gouttes de pluie qui dansent sur les feuilles à présent.

J'écoute, le souffle du monde qui guérit l'âme malade des villes.

Ecouter relie à l'âme du monde.

 

P1210815

 

( " l'eau la baigneuse " Kupka 1906-1909)

Posté par kapal à 07:25 - Commentaires [4] - Permalien [#]


19 septembre 2018

à la recherche de....

Depuis mon retour "en ville" , on va dire, je me rends compte que je manque de cet essentiel , pour moi, l'eau de mer et la présence vivante de la mer, le vent, les oiseaux, les pieds directement posés dans le sable quelque soit le temps qu'il fait, quelle que soit la saison. 

à ce propos, c'est un peu comme rentrer à la maison, j'enlève les chaussures avant ( depuis toujours) , et  quand j'arrive en baie, j'enlève les chaussures comme si j'entrais "chez moi"

depuis mon retour donc, je cherche dans les livres à la maison....j'ai quitté Klimt et la Sécession viennoise " der Zeit ihre Kunst, der Kunst ihre Freiheit" (à chaque époque son art, à l'art sa liberté) 

à la maison, il y a beaucoup de livres que je n'ai pas lus ou lus il y a longtemps et je cherche,

hier, j'ai trouvé, niché dans un coin, " dans les forêts de Sibérie" de Tesson, pas lu encore

je me suis installée et j'ai plongé direct,

j'avais trouvé le bon livre pour le bon moment;

lorsqu'il cite Baden Powell, je pense que cette phrase devrait être écrite sur tous les lieux de nature ou de villes d'ailleurs, souillés par des gens non conscients qu'on vit sur une planète dont on n'est pas propriétaire;

" lorsqu'on quitte un lieu de bivouac, prendre soin de laisser deux choses. Premièrement: rien. Deuxièmement; ses remerciements"

 

P1180775

 

Posté par kapal à 10:36 - Commentaires [14] - Permalien [#]

17 septembre 2018

sortir du silence....bonjour Célestine!

bonjour à tous

cet été il y a eu des choses à la Prévert;

de  longues marches dans l'eau, ou le sable ou la terre qui ne lassent jamais, internet et les infos en mode pause totale ( un bonheur et un non-manque), la biographie de Marguerite Yourcenar dégustée au ralenti et ré apprendre à lire en mode lenteur, excellent,

un livre sur le wabi sabi qui m'a convaincue que la forme dite parfaite est un non-sens, excellent pour moi qui suis tendance obsessionnelle,

Klimt en biographie, Colette et les siennes, le secret de Manet

les marchés avec Estelle et nos papotages du mardi,

redécouvrir avec curiosité et intérêt mon compagnon, les bons légumes de Florent et Michèle, le longe côte, les phoques, le paddle par mer d'huile et la planche à voile par vent fort, le plaisir de l'eau de mer encore et toujours , la vitalité qu'elle donne et transmet au corps  à l'esprit

et puis, retardé, il y a eu le retour en région parisienne, déconcertant, déstabilisant, poseur de questions,

les "murs à pêches" de Montreuil lors de la journée du patrimoine,

le planning des formations à reconstruire, les travaux "à la mer" à suivre à distance pour que ce projet puisse enfin se concrétiser au printemps

l'été, l'automne, la roue des saisons doucement 

alors voilà bonjour à tous en ce 17 septembre, je vais aller vous rendre visite sur vos blogs encore bien ensoleillés par cet été

P1220075

 

( traces de héron dans l'étang)

P1220078

P1220082

P1220087

 

Posté par kapal à 19:00 - Commentaires [14] - Permalien [#]

02 août 2018

le silence de l'été

 

Je reviens vers vous, vous saluer, vous souhaiter un bel été,

je suis en pause-ordi ne m'en veuillez pas, ne vous inquiétez pas,

un peu de recul et on se retrouve ,

profitez de la lumière, des fleurs, de l'eau, de l'amitié

prenez soin de vous

Posté par kapal à 08:54 - Commentaires [17] - Permalien [#]

26 juin 2018

de la profondeur

 

de la profondeur dans ses créations, un monde de mouvement et d'infinis détails qui donnent une vision cosmique dans la contemplation....

Zao Wou-Ki au Musée d'Art Moderne de Paris

P1210926

P1210964

P1210962

Posté par kapal à 10:30 - Commentaires [16] - Permalien [#]


24 juin 2018

Une belle rencontre

Quand je vais vers une expo, il me semble toujours avoir un rendez-vous secret avec l'artiste, son travail, son chemin de vie. Quelque chose d'intime.

J'éprouve des émotions fortes, la joie, la tendresse, les questionnements, parfois le rejet ou l'incompréhension ( et le soir, regarder les photos des oeuvres, m'en imprégner et laisser faire, laisser infuser.....il se passera toujours quelque chose.....après coup).

Larmes aux yeux et joie pour l'expo Kupka lundi dernier au Grand Palais, commencé sous un petit crachin parisien. Sur le chemin vers le Grand Palais, la vue de nombreuses abeilles dans les lavandes m'avait déjà réjouie.....toutes ces abeilles dans Paris, à deux pas des Champs!

Et puis, une expo en tout début de matinée quelle paix!

Alors voilà un peu de ma moisson de ce jour,chemin faisant,  je vous laisse  mâchonner la phrase de Kupka " abstraire c'est éliminer"..... et doux dimanche à tous

P1210764

P1210775

P1210796

 

P1210836

P1210891

P1210911

 

 

 

Posté par kapal à 15:20 - Commentaires [10] - Permalien [#]

15 juin 2018

les traces

Voici quelques traces de mon travail avec la terre...terre blanche, terre rouge , terre noire en support selon l'envie, ici émaillée en vert jade très doux avec petites mouches

porte encens-fleurs, ou boules

P1210760

P1210759

 

et 3 formes 17/14 cms hteur, avec petite ouverture sur le dessus pouvant contenir des fleurs séchées

 

P1210748

P1210749

P1210750

 

Hier je lisais dans l'ouvrage de Josyane Savigneau " Marguerite Yourcenar" , cette phrase de René Char;

" Un poète doit laisser des traces de son passage, non des preuves. Seules les traces font rêver"

J'ai trouvé ce texte tellement joli....

Je vous souhaite un doux week end

Posté par kapal à 18:08 - Commentaires [15] - Permalien [#]

12 juin 2018

Fermer le livre

 

Refermer le livre avec lequel on a été si bien pendant des semaines, " Clara Malraux biographie" de Dominique Bona

les deux destins communs et parallèles de Clara et André, la difficulté à être avec l'autre et sans l'autre, l'ouverture sur les autres et le monde

il m'est difficile de quitter ce livre

alors je laisse cette phrase d' André infuser lentement " la culture c'est l'ensemble des formes qui ont été plus fortes que la mort"

et celle-ci de l'auteure à propos de  Clara;  " elle éprouve la plus vive admiration elle aussi pour la littérature et les beaux-arts, mais elle préfère les humains aux pierres et aux livres, et le peuple vivant de ses contemporains aux peuples des civilisations disparues, même s'ils sont incarnés dans les ouvrages qui défient le temps, les cathédrales, les tipis, les palais"

belle semaine à vous tous

 

P1210236

 

( Grèce 2017, les Météores, jardin)

Posté par kapal à 11:51 - Commentaires [17] - Permalien [#]

20 mai 2018

La fleur et la femme

 

Les pétales d'acacia

sous le vent

tombent.

Tapis blanc.

Bientôt sec

au soleil.

C'est l'heure du merle.

La peau se froisse

se frippe

en petites vagues fines

de Soi.

Dessin délicat 

qui échappe.

Le merle 

se rit

le vent s'en moque.

Les mots

transforment la tristesse

en vie.

Pétales d'acacia

sur la peau.

L'oiseau

s'envole.

 

P1190058

 

( Rodin)

 

BON DIMANCHE!

Posté par kapal à 11:30 - Commentaires [18] - Permalien [#]

10 mai 2018

Réminiscence

 

J'écoute,

yeux clos,

les bruissements du vent-souffle,

dans les feuillages.

Brève suspension du souffle.

Puis, à nouveau,

le jeu reprend,

parvient à mes oreilles,

je lève la tête du livre.

J'écoute.

 

BOSA, suspension originale

 

( réminiscence de Sardaigne, BOSA en mai 2017)

 

et puis, spécialement pour Chinou, cette photo des anciennes tanneries de BOSA

 

BOSA, anciennes tanneries

 

 

Posté par kapal à 12:07 - Commentaires [24] - Permalien [#]