j'y suis bien

23 mars 2017

Récit décousu puis recousu de fils multicolores

C'est une histoire en mots choisis.

Rodin, exprimer, laisser transparaitre, corps, émotions, expressions et expérimentations, les successeurs, autrement, différemment, debouts, sans forme, insaisissable, reflets, saisir, ombres, prostré, vieille, agenouillés, reprendre, enduire, retoucher, énergie, assembler

Garder le meilleur pour la fin, la phrase de Rodin, ; " dans l'art, est Beau uniquement ce qui a du caractère"

car oui, il s'agit bien de Rodin au Grand Palais

 

P1190009

P1190011

P1190014

P1190020

P1190021

 

P1190048

P1190028

P1190079

 

( Rodin, Wilhem Lehmbruck, Yvan Mestrovic, de Saint Marceau, Giacometti)

 

Corps debout, en mouvement (j'ai failli dire en marche mais par les temps qui courent, je pèse mes mots...) et je ne l'ai pas fait exprès mais en sortant, il y avait ceci, juste un sourire pour ces deux  images qui se répondent.

P1190036

 

P1190089

Posté par kapal à 16:41 - Commentaires [21] - Permalien [#]


21 mars 2017

Vu en Mars

 " Lion" au cinéma, histoire vraie

l'errance à Calcutta d'un jeune enfant perdu, Saroo, 

la vie dans la rue, l'orphelinat, l'adoption par un couple d'Australiens, la longue quête vers les origines biologiques, l'Inde.

J'ai été bouleversée , tout est pudique malgré le sujet délicat, c'est merveilleusement bien filmé

LION (Nicole Kidman, Drame) - Bande Annonce

 

Vu dans le cocon de la maison , " die Frau mit des 5 elefanten"

les 5 éléphants, ce sont les traductions du russe vers l'allemand de Dostoïevski par Svetlana Geier, venue d'Ukraine vivre en Allemagne.

Un documentaire philosophique sur la notion de traduction comme un 'tout",la traduction d'une oeuvre comme la vie est un" tout" porteur de sens.

La beauté de la démarche, de ce visage de femme qui revient sur sa vie lors d'un voyage en train vers Ukraine.

Un bijou d'une extrême douceur qui m'a mis l'émotion au bord des yeux.

 

Et je viens de constater en écrivant que ces deux choix traitent du retour aux origines et du sens.

 

P1190003

 

Posté par kapal à 14:03 - Commentaires [12] - Permalien [#]

11 mars 2017

L'appel de la lumière

Il y a eu hier soir au cinéma, "Paula" qui m'a retournée comme m'avait retournée son expo l'an dernier, et le retour à pied sous la lune, les mots qui dansent dans la tête " s'inventer à Paris, échapper à l'académisme"

Il y a eu cette nuit la lune dont la clarté me chatouillait, se glissant comme une anguille jusqu'à la couette, moi les yeux grands ouverts

Il y a eu ce matin le concert des oiseaux et la lumière incroyable très tôt.

Le tout comme une force incroyable qui invite à l'éveil...se lever, ouvrir grand la fenêtre, aucun bruit, un peu de gel, les oiseaux qui chantent

Eveillée...vivante....comment ne pas saluer "ça"...être en vie! comprenez vous?

bon samedi à vous tous

P1180604

Posté par kapal à 10:00 - Commentaires [42] - Permalien [#]

07 mars 2017

Paroles d' enfants

Après avoir vu " l'empereur", il y a eu atelier philo autour de la notion de "destin"; beaucoup d'enfants présents.

Leurs paroles fusent;

" le destin c'est quand tu as le choix entre 2 routes et tu peux prendre la bleue ou la rouge"

"est ce que être gourmand c'est le destin? "

"le destin c'est naitre, vivre et mourir, y a pas le choix"

"c'est quand on doit quitter sa maman et son papa parce qu'on est grands" (cela dit en se serrant dans les bras du dit-papa)

"c'est quand on est par exemple pompier, et qu'on choisit de changer et devenir policier" (parole de petit garçon)

" ya des choses on a le choix, et d'autres pas, c'est ça le destin"

"c'est des choses de sa vie qu'on sait vivre et mourir et d'autres qu'on ne connait pas encore"

etc etc

Quant à "l'empereur", souverain, beau, coloré, et touchant, tantôt sur ses pattes griffues, tantôt oiseau-nageur, il a laissé des traces de bonheur en moi, et j'ai aimé que ce soit la voix de Lambert Wilson qui nous raconte l'Antarctique.

Une fois rentrée, et vous allez dire que vous ne voyez pas le rapport, j'ai un peu plus trouvé que les politiques manquaient d'humilité, d'humanité, d'idées, et je me suis bouché les oreilles pour ne plus les entendre.

 

P1160720

Posté par kapal à 12:34 - Commentaires [14] - Permalien [#]

06 mars 2017

Je reviens

 

Je reviens ici dans une minuscule goutte d'eau de pluie, 

unie à d'autres gouttes, les vôtres,

bonne journée

P1160008

 

Posté par kapal à 11:25 - Commentaires [20] - Permalien [#]


25 février 2017

Marque pages

 

Je cours sous la pluie, j'arrive et rejoins 4 autres femmes. Pour un atelier intimiste comme l'est une lecture, un livre, un coin de feu.

Un atelier marque pages. Une table couverte de livres destinés au pilon, de magazines déco et autres, journaux, papiers soyeux, rigides, colorés ou pas.

Une autre table; ciseaux, colle, scotch, washi tape, ficelles, laines....

Chacune va piocher, découper, coller, confectionner ses "doudous à livres".

Collages subtils et remarques entendues, rompant parfois un silence religieux;

" ce n'est pas parfait! c'est pour ma fille, j'adore les marque pages je les collectionne!, j'en achète dans les musées, oh moi à la librairie les Pipelettes il y en a de sublimes!, pourquoi y-a-t-il si peu d'hommes aux ateliers?" ( je vous le demande!)

seront évoqués comme motifs; il y a plus de femmes que d'hommes! c'est à dire? les femmes sont plus nombreuses que les hommes! dans la vie quoi! vous croyez?

cette question métaphysique vous en conviendrez, est restée sans réponse figée, 

"ce n'est pas parfait " est revenu un nombre incroyable de fois! quand arrêterons-nous de juger, de porter un avis souvent peu sympathique sur ce que nous créons...

Au final, je vous montre mes doudous et je vais continuer à en faire ,en y intégrant des morceaux de tissus par exemple, et puis plastifier le tout pour leur permettre une longue vie dans les livres.

P1180977

P1180989

 

c'est très agréable de glisser entre les pages  " le domaine" d'Anne Guglielmetti, son "fait main" tout chaud et puis c'est encore une idée-compost, recycler, détourner des supports en un autre objet, le cycle de la vie.

Pas étonnant qu'à la fin, la lumière soit revenue;

P1180976

 

 

J'en profite, dans la même veine, pour vous montrer quelques pièces sculptées terre (émaillée,  patinée, et brut) qui vont aller rejoindre les photos pour l'expo d'Avril

 

P1180980

 

je vous souhaite un bon week end, vous allez bien ?

Posté par kapal à 11:38 - Commentaires [32] - Permalien [#]

20 février 2017

Rencontre avec....

J'avais écouté ce dimanche matin une vidéo d'elle ( Giséle Grammare) , elle parlait de son livre " conversation avec la peinture" (l'Harmattan). Avec bonheur, j'écoutais.

Une réflexion sur l'art, laboratoire de recherches et épreuves de l'esprit pour se libérer des routines et préjugés, la même démarche que théorisait M. Yourcenar. Et également une réflexion sur le "noir", les "noirs" en peinture....le noir comme infini?

L 'après midi, une rencontre avec elle justement et d'autres intervenants ( Guy Berezné, Odile Demonfaucon, J.C. Kitchener) autour de la recherche sur les Hystériques

L'assistance, 96% de femmes et quelques hommes, juste le temps d'entendre " le plan B c'est Macron..." ....même ici pas moyen d'y échapper! et ça commence.

Et j'ai oublié de vous parler des lectures à voix haute par Marie Iricane, sublime! des textes de Françis Brérezné sur l'hystérie et l'art dit "brut"

A travers les mots et la peinture, essayer de garder trace de quelque choses de terrible, la crise d'hystérie,

essayer de rendre l'hystérie en conversation (j'aime ce mot employé ici) avec l'invisible,

comment le dessin se fait-il entendre?

transformer les proies de l'hystérie en théatralité et mouvements de vie, de raison et de souffrance,

" je me fous de l'art brut, il n'y a pas d'art brut!" écrit-il dans le livre "le dit du brut"

et encore " l'art ne s'accomode guère de soumission et du conformisme, dépêchons nous d'habiter quelque part!"

Je suis sortie heureuse et nourrie une fois de plus, je suis retournée regarder les oeuvres encore une fois et autrement. Avec beaucoup plus de présence et de gratitude.

 

P1180960

( détails)

 

 

 

 

 

Posté par kapal à 14:43 - Commentaires [32] - Permalien [#]

15 février 2017

Mon poisson rouge ayant appris.....

 

Il pioche dans la crème de son café, le corps tendu de désir.

Elle tient son verre d'eau et regarde son amie nourrir l'enfant.

Ils parlent, leurs mains s'agitent.

Elle descend " oui, les toilettes sont en bas".

Elle se déplace entre les tables et amène les thés.

Elle apporte le plateau " je vous le pose où?".

Elle ramasse délicatement la salade, le couteau pousse vers la fourchette frémissante.

Elle raconte à son grand-père ce qu'elle a vu à l'expo, il hoche la tête en croquant une tomate cerise.

La quiche arrive, fumante et parfumée, la roquette croquante, le taboulé léger, l'assiette rectangulaire blanche et brillante.

L'agitation augmente au fûr et à mesure des arrivées affamées.

Le soleil jaillit, se suspend aux affiches multicolores d'anciennes expos.

Les toiles sur le mur ricanent, les fonds sont noirs, pourquoi noirs? la folie est-elle noire? Les vêtements sont blancs, s'approcher très près fait entrer dans les détails, oh cette trainée de bleu! ces petites touches de blanc crémeux! les visages sont bleus, rouges, verts....les émotions colère, panique, jouissance les traversent

les mains souvent en mouvement, parfois cachées sous des draps.

" y a plus de quiche au chèvre! je vous mets thon ou chorizo?" 

"thon et sans salade je vous prie"

Les portes du frigo claquent (comme une main sur une fesse nue aurait dit Vian)

Mon assiette est vide, mon âme  dilatée

Je demande hypocritement de me mettre " à emporter",  ce gâteau au chocolat tout moelleux là! oui oui celui-là! il a un coeur pistache? ah très bien! le mien est à la pistache justement.....ils se retrouveront à la maison et je le savourerai tranquillement, vautrée au soleil.

Car, oui, je sors et ça sent le printemps, les manteaux sont sur les bras,

je me surprends à fredonner "mon poisson rouge ayant appris.....se dit un beau jour tiens moi aussi! je voudrais voir du paysage..." etc etc

(si quelqu'un se souvient de toutes les paroles, je suis preneuse!)

 

P1180945

 

( attitudes passionnelles; extase)

 

 

P1180949

 

( attitudes passionnelles; supplication amoureuse)

 

P1180952

P1180953

 

( détails)

 

P1180954

P1180956

 

(contractures théatrales suggérées; crainte et terreur)

 

 

P1180959

P1180961

 

(  état cataleptique, suggestion par le geste; l'étonnement)

 

Exposition Les Hystériques, technique mixte sur toile,  Françis BEREZNE, la Halle Saint Pierre

Il s'est inspiré des photographies prises à l'hôpital de la Salpêtrière, lors des leçons publiques avec les malades hystériques données par Charcot, c'est un travail de plusieurs années qui donne une production intense, très forte émotionnellement.

Posté par kapal à 15:02 - Commentaires [31] - Permalien [#]

13 février 2017

Lundi

 

 

P1150963

Posté par kapal à 13:40 - Commentaires [35] - Permalien [#]

09 février 2017

Apparition

 

Elle s'est glissée derrière le voile bleu du ciel,

ses rondeurs à peine dissimulées,

blanche d'émotion, 

elle émerge,

enfin, 

la lune.

 

P1180732

 

(lumières de lune....imaginaire)

Posté par kapal à 20:18 - Commentaires [38] - Permalien [#]