j'y suis bien

12 mars 2020

se traiter avec considération

 

C 'est un peu la suite du billet précédent. En effet, si l'on est moins dans le jugement, moins dans cette quête de perfection et plus dans le cheminement, la progression, l'attention, se met à germer ce que Christie Vanbremeersch (http://maviesansmoi.com) écrit dans un de ces billets et qui m'a fait réagir avec joie...
...honorer ce que l'on fait! dans un 1er temps, je me suis dit " c'est un peu trop quand même, honorer" ,

et puis en fouinant le sens, je trouve; traiter avec considération, respect, égards, célébrer. Et alors ça ne me parait plus du tout exagéré mais tout simplement juste et généreux.

J'ai toujours plus d'énergie à célébrer les autres et ce qu'ils font que moi-même....une histoire d'éducation et peut-être aussi de mal traitance liée.

Alors, honorer c'est un peu une prise de risque, c'est cesser de se camoufler, de se minimiser, et, encore une fois sans ostentation, se traiter avec douceur et égards, et par ricochet, ce que l'on fait également.

Alors ça me va cette nouvelle douceur bienvenue avec les premiers rayons bienfaisants du soleil, les bourgeons brillants et les nouvelles fleurs.

Très belle journée pleine d' égards à vous tous.

20200312_125545

( petit bol porcelaine)

 

 

Posté par kapal à 13:03 - Commentaires [7] - Permalien [#]


02 mars 2020

émotionnellement en sécurité

le titre de ce billet m'entoure comme une écharpe chaleureuse, sécurisante justement

et pourtant.... je ne sais vous mais il n'est pas évident de se sentir en sécurité émotionnelle, hormis les moments de grâce dont je parlais dans le dernier billet

Je prends l'exemple de la céramique; dans la rondeur et le silence de l'atelier, pendant longtemps, je donne des formes, je mets en formes, j'entretiens un lien chaleureux avec les pièces sorties des limbes de la terre

puis à l'épreuve des 2 cuissons, il peut se révéler des micro fissures ( en écho aux miennes intérieures?) ; il y a quelques années, la découverte de ces fissures ou de tout autre "défaut" m'éprouvait à un point incroyable, dévoilant une insécurité émotionnelle exacerbée;

aujourd'hui, j' apprends doucement que " râté" ne s'applique pas à ce processus; il s'agit de se poser des questions, de rectifier, de réfléchir, en l'occurence, la porcelaine, ne pas tenter l'extrême finesse qui fragilisera la pièce lors des feux successifs, et me fragilisera par la même occasion!

rien n'est râté, tout nous parle, de nous, de notre intériorité

si je vois qu'il s'agit de ça, alors je gagne en sécurité intérieure ....petit à petit

 

20200221_183245

( banlieue Est, coucher de soleil, février 2020)

 

Posté par kapal à 21:59 - Commentaires [12] - Permalien [#]

17 février 2020

traces d'écriture

Il y a quelques jours, j'ai participé avec joie et gratitude à deux ateliers , l'un de yoga des yeux, l'autre méditation et chant.
Dans un lieu que j'aime depuis plus de 30 ans, dans lequel je me sens parfaitement en harmonie.

Bien que situé en plein Paris, et pas en pleine nature. 

Je vadrouillais à pied dans le secteur, pour la pause-déjeuner, et par hasard, je tombe sur le secteur des restaurants iraniens.

Je dois vous dire que j'ai une véritable passion pour la nourriture iranienne et indienne! je me trouve un petit endroit sympa, je me cale avec mon cahier à une table discrète de façon à pouvoir écrire tranquille, manger tranquille, réfléchir tranquille. Parfait.

Juste 3 iranien(nes) qui discutent dans cette langue que j'aime tellement, avec une légère traine finale, comme si ça s'étirait comme un chat.

Je me laisse bercer par cette musique des mots; quand j'étais enfant, la famille de ma mère parlait en polonais, je ne comprenais pas le sens mais je saisissais la musicalité qui me ravissait. Tout pareil pour le farsi.

J'écris, en écoutant la musique des mots, j'écris; " le crayon glisse sur le papier avec autant de délices que ma cuillère dans la glace rose-pistache"

Lors de cette journée, j'ai senti que l'enthousiasme dans les ateliers entrainait l'enthousiasme en farandole dans tout ce qui se passait lors de cette journée, le yoga des yeux gambadait vers la nourriture iranienne qui elle-même batifolait vers la méditation et le chant, et le tout s'accordait avec l'écriture.

Parfois, tout est si bien accordé qu'on se surprend à sentir ; " je suis une particule du Vivant avec sa singularité, accordée aux autres particules"

 

P1170581

 

Posté par kapal à 12:49 - Commentaires [12] - Permalien [#]

07 février 2020

Etrange....

En ce moment, au musée Bourdelle, une exposition consacrée à Niels HansenJacobsen; un sculpteur et céramiste danois dont le travail est imprégné des contes d'Andersen et de la mythologie nordique.

Je me suis bien sentie en compagnie des trolls et autres étrangetés, je me suis perdue dans une contemplation agréable.

Je vous cite la phrase de Baudelaire dans le catalogue de l'exposition car elle est si douce à mes oreilles; chaque oeuvre semble parler " à l'âme en secret sa douce langue natale"

 

20200205_153344[1]

 

( masque de l'automne, en grès émaillé)

20200205_150733[1]

 

( la petite sirène , plâtre)

 

20200205_153253[1]( troll, bronze)

 

Posté par kapal à 15:45 - Commentaires [12] - Permalien [#]

04 février 2020

si longtemps déjà.....

1 mois!! c'est en lisant le commentaire de Chinou que je me suis dit , cela fait longtemps dis donc!

puis j'ai cherché un peu ; ce n'est pas par "non envie" d'écrire,  au contraire.

C'est justement parce que j'écris de plus en plus sur des cahiers, à tous moments de la journée, et j'éprouve un grand plaisir à écrire ; c'est tout simple mais la jubilation du choix du cahier, du stylo, de l'encre ou du crayon papier, voilà l'origine de moins de présence ici.

Ecrire est une attention à soi. Un cadeau ; la main tenant le stylo est déjà une beauté, un mudra un geste sacré dans ce pouce et cet index serrés autour du stylo, je me souviens qu'enfant j'adorais ça et j'avais toujours plein d'encre bleue sur mon majeur, je ne voulais pas l'enlever.

Le mouvement glissé comme sur la glace de la pointe fine à l'encre ; un dessert.

L' apparition des lettres sur le papier, enlacés comme pour une danse ; un miracle.

Il y a bien un plaisir à écrire sur le papier.

Mais me direz-vous, à juste titre, l'un n'empêche pas l'autre...donc je reviens vers vous.

VALLEE DE LA LUNA 1

vallée de la luna Sardaigne

 

Posté par kapal à 17:27 - Commentaires [15] - Permalien [#]


01 janvier 2020

l'énergie du renouvellement

2020.....que l'année vous soit douce et pleine de force intérieure, d'amour et de poésie

20191231_123526[1]

Posté par kapal à 13:37 - Commentaires [10] - Permalien [#]

08 décembre 2019

j'aime les choses en cours

 

Après avoir lu un article sur le yoga je suis allée voir les choses sécher dans le coin atelier,

l'article de Bernard Bouanchaud d'abord; il parlait du yoga comme accompagnement de l'évolution de l'humanité, au départ le yoga était méditation,

puis, il parlait du yoga actuel, et je ne sais si vous regardez les photos actuelles sur le yoga mais, pour moi qui pratique depuis des années, elles me heurtent car montrant surtout des lignes de vêtements ou de tapis, ou encore des postures essentiellement inatteignables. Bon! vous me direz après tout, chacun sa définition c'est vrai!

B.B écrit " la posture correspond à la matière; le yoga est le ralentissement de l'activité du mental, yoga chitta vritti nirodha"

Après ça, devant mes choses en grès qui sèchent doucement, j'ai senti à quel point ce que j'aime c'est tout ce chemin qui part  de la terre brute (ici du grès noir un peu chamoté) avec laquelle je commence un dialogue; qu'ai-je envie de faire? comment? avec quelle technique? vais-je tourner puis détourner ou transformer? vais-je la travailler à la plaque ? 

puis  je la laisse comme hier soir, et il me plait le matin de la toucher, la regarder, modifier des angles ou les arrondir,

je suis les étapes du séchage, la transformation de couleur de la terre, les petits grains de chamote qui commencent à affleurer, l'envie de poncer doucement

je me sens plus à l'aise avec le processus en lui-même

les étapes de cuisson finales qui figent le processus m'intéressent moins, même si elles font partie du jeu,

je ne sais pas vous dans vos domaines , aimez-vous le cheminement ?

j'aime les choses en cours.....bon dimanche

20191208_130038[1]

 

( en grès noir, séchage une nuit)

 

Posté par kapal à 13:43 - Commentaires [9] - Permalien [#]

06 décembre 2019

s'adapter encore et encore

hier, on s'est adaptée, on a été solidaire, on est tous concernés par ce qui se trame, on n'est pas dupes de ce qu'on nous dessine, ceux qui dessinent et veulent décider pour nous ne sont pas maitres de nos destins, 

hier, je suis restée travailler à la maison, émailler des pièces, et préparer des formations pour la semaine prochaine et pour ce vendredi,

aujourd'hui, on s'est adaptée à nouveau, il n'y avait aucun RER aucun bus aucun tramway , on a donc pris ses baskets son sac son parapluie et on est partie pour Paris en bénissant le fait de faire régulièrement des activités vélo ou marche qui permettent de faire ça, quand le besoin s'en fait sentir, comme aujourd'hui,

marcher et aller à Paris assurer la formation, même si l'accueil a été  peu encourageant car chacun galère pour aller gagner sa croûte comme disaient mes oncles "avant"

eux aussi ce sont battus pour de meilleures conditions, pensais-je en marchant... mais ils descendaient à la mine, avant ils avaient fait des trajets à pied dans la nuit car il n'y avait ni transport en commun, ni voiture

alors.... 

s'adapter toujours et toujours

et surtout dessiner sa vie, en partant de soi, sûrement pas à partir de ceux qui veulent nous imposer leur vision du monde

chercher encore et encore à être humain, joyeux, espérant

P1170704

( plus vaste que soi, la vie)

 

Posté par kapal à 17:26 - Commentaires [11] - Permalien [#]

28 novembre 2019

Virginia

 c'est le titre du livre d'Emmanuelle Favier , c'est un roman sur Virginia Woolf, remarquablement écrit, 

il m'accompagne actuellement en cette période de l'année où l'obscurité envahit tout,

petit passage en Baie de Somme et suivre les grandes marées et leurs coups de vent ,

quelques passages du livre; " observant ces gens apparemment heureux elle prend conscience de sa faculté d'accès à l'invisible. Ses propres failles lui permettent de distinguer en chacune de ces personnes l'enfant terrifié qu'elles dissimulent derrière leur morgue"

"le roman qui dit ce que les gens ne disent pas, qui dit les intestices de silence et les doutes"

20191128_103847[1]

 le ciel bas et lourd recouvre le village

 

Posté par kapal à 10:41 - Commentaires [8] - Permalien [#]

13 novembre 2019

les émergences

j'aime bien aller voir le sens d'un mot quand il s'impose à moi pour faire un billet

pour "émergence" qui venait à moi, il y a les mots sortie et apparition, sortie d'un liquide, d'une onde

l'idée me plait bien 

va pour émergence!

en l'occurence, pour moi, il s'agit de manifester une certaine attention lors de ma séance de yoga méditation et de saisir si quelque chose émerge, 

hier surgissait "ceci est une pensée" avec l'idée de faire un collage, ce que j'ai réalisé tout de suite après ma séance, je voulais rendre le fait que je colle trop aux pensées-émotions alors qu'il y a juste à les reconnaitre et les laisser, dans le collage réalisé je suis heureuse de constater que mon imagination a justement pris soin de "décoller" le nuage de pensées en le faisant flotter comme une baudruche

aujourd'hui, alors qu'au dessus de ma tête allongée sur le tapis, je regardais le velux donnant sur le ciel changeant, s'est imposé à moi le ciel comme impermanent avec le déroulement ininterrompu des nuages multi formes, ses nuances sans cesse modifiées, et en même temps symbole d'éternité puisque tout le temps présent

la présence et l'impermanence

ces émergences sont apaisantes et douces

20191113_180959[1]

 

( collage en découpant dans un ancien "flow")

20191106_201626[1]

 

( tillandsia, fille de l'air dans une de mes céramiques)

Posté par kapal à 18:20 - Commentaires [8] - Permalien [#]